Madīḥ al-karāhiya de Ḫālid Ḫalīfa : corps féminin, violence et religieux

  • Martina Censi Université de Bergame

Abstract

Dans Madīḥ al-karāhiya (L’éloge de la haine), roman publié en 2006, l’écrivain syrien Ḫālid Ḫalīfa se consacre à la représentation littéraire du martyre. Dans cette œuvre, la relation entre corps, violence et identité devient un moyen pour représenter et contester toute forme de pouvoir répressif – politique et religieux – ayant ravagé la Syrie pendant les années 1980. La protagoniste est une adolescente – issue d’une famille musulmane d’Alep – bouleversée par les changements de son corps. Sa volonté d’échapper à ses désirs sexuels et à la manifestation de plus en plus visible de sa féminité entraîne son rapprochement d’un groupe d’extrémistes musulmans qui pratiquent la lutte armée. En portant son attention sur l’individu féminin, Ḫālid Ḫalīfa s’interroge sur le rôle de la violence liée à la religion dans les processus de subjectivation des individus. Le corps féminin adolescent devient le symbole de la différence « hors-norme » de l’individu qui n’arrive pas à trouver sa place dans la société. Le martyre est le moyen pour la protagoniste de définir son identité individuelle et de s’approprier son corps en l’imposant sur l’espace public et sur la collectivité.
Published
2019-07-12